Le blog Neftys utilise des cookies pour vous garantir une bonne expérience de navigation. Si vous continuez à visiter notre site, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.

Actualités

Neftys invité du Good Morning Business sur BFM TV

le 28 octobre 2018

Jeudi 25 octobre 2018 aux aurores, le président de Neftys a répondu à l’intervieweur de « ceux qui font bouger la France » sur la première chaîne d’information économique et financière en continu. Extraits.

S. Soumier : On a parlé financement des startups et des PME innovantes de France le 25 octobre 2018 sur le plateau de BFM Business. De ces entreprises « à très haute intensité technologique » comme les présente le président de Neftys, et qui ne sont pas encore rentables et n’ont pas encore d’accès au crédit bancaire.

Le rôle de Neftys ?

Arnaud Chambriard : « Notre mission, c’est de renforcer la trésorerie des entreprises innovantes à un moment où elles sont fragiles et ont besoin de sécuriser, parfois d’accélérer, leur recherche et développement. »

Un financement par l’Etat ?

AC : « Non, le fonds est financé par des investisseurs privés institutionnels et des fonds publics, notamment européens. »

 

Le Preficir, c’est quoi ?

AC : « C’est une modalité de financement qui consiste en une avance de trésorerie sur le CIR (crédit impôt recherche). »

Tout le monde a enfin compris que le mécanisme du CIR est indispensable à la modernisation de l’économie française. Même s’il est un peu long à mettre en œuvre. A un moment où les entreprises en croissance doivent, elles, investir très vite. L’importance du CIR ?

AC : « Vous avez raison, le CIR est un facteur-clé pour la recherche en France. Les PME et TPE auxquelles on parle en ont un impérieux besoin. Le problème auquel elles sont confrontées est double. Premièrement, et c’est normal, les services de l’Etat contrôlent l’usage de cet argent et prennent le temps pour le faire. Le deuxième problème est un aléa dans les délais de paiement de l’Etat. Or un dirigeant a besoin d’une visibilité sur ces délais de paiement. Avec le Preficir,

Nous finançons ce décalage de trésorerie en apportant de la sérénité au chef d’entreprise qui peut se consacrer à ses travaux de recherche. »

Un risque pour Neftys ?

AC : « Bien sûr oui. Mais le CIR existe quand même depuis 1984. Donc on a une petite idée de comment ça se passe. On est des spécialistes du sujet donc on va vérifier et s’en faire une opinion. Il reste un aléa bien sûr, un risque fiscal, mais notre métier est de le maîtriser. On va donc aider le chef d’entreprise à construire son dossier. »

Neftys améliore le CIR ?

AC : « Avec Neftys, on comble un trou dans la raquette : comment financer ces entreprises qui n’ont pas accès au crédit bancaire. Les banques, et c’est normal, ne prêtent qu’à des entreprises rentables et donc avec une capacité à rembourser un prêt. Il a donc fallu qu’on invente un autre type de finances qui ne s’intéresse pas à la solvabilité de l’entreprise mais à une garantie, qui est notre créance de CIR. »

En savoir plus sur le Preficir

Arnaud est le fondateur de NEFTYS. Diplomé de l’EM Lyon en 1992, Arnaud débute sa vie professionnelle en banque d’investissement à Londres puis à Paris ; en 1999, il rejoint Zebank, un projet innovant de banque en ligne, dont il dirige la maîtrise d’ouvrage jusqu’à son lancement en 2001. Arnaud rejoint ensuite les équipes de financements structurés de Natixis, qu’il quitte en 2009 afin de lancer Corporate Funding Association, un projet de coopérative bancaire pour les grandes entreprises en zone Euro. Il fonde NEFTYS en 2011.